Les baux commerciaux (partie 1) – 14h – En ligne

14 heures en ligne

Orientée sur la réforme de la loi Pinel et de la loi Pacte, mais surtout sur les interprétations jurisprudentielles, cette formation traitera du statut et de la vie du bail commercial au travers des obligations respectives du bailleur et du preneur à bail.

199,00

Qualiopi
Mon compte formation
Pole Emploi
OPCO EP
Agefice
FIFPL

Qu’il s’agisse d’une boutique en centre-ville, d’un immeuble de bureaux ou d’un magasin situé dans un centre commercial, la pratique des baux commerciaux recouvre des réalités fort diverses et met en jeu des intérêts contradictoires. Les attentes du bailleur et du preneur à bail devant se conjuguer, la rédaction d’un bail commercial par acte sous seing privé ou acte notarié constitue un indispensable à la stabilité de leur relation contractuelle. Les baux commerciaux sont régis non seulement par un statut spécifique, issu du décret du 30 septembre 1953 et repris aux articles L 145-1 à L 145-60 du Code de Commerce, mais également par le droit commun du louage qui laisse une large place à la liberté contractuelle. C’est précisément cette liberté contractuelle qui laisse la possibilité au bailleur, propriétaire d’un local, de faire valoir ses conditions en fonction de l’emplacement dudit local.

Pour le propriétaire d’un bien immobilier comme pour l’entreprise qui en envisage l’occupation, il s’avère inévitable de déterminer si la relation envisagée sera, ou non, soumise au statut des baux commerciaux. Au-delà du montant du loyer et des charges, chacune des parties devra apprécier le coût et l’intérêt économique d’un tel bail au regard des droits et obligations résultant de ce régime locatif. Le locataire devra aussi apprécier les conditions locatives qui lui sont proposées à l’aune des avantages que procure le statut des baux commerciaux qui l’assure d’une pérennité d’exploitation de son fonds. Parallèlement le bailleur devra prendre la mesure des conditions financières, directes et indirectes (loyer, charges, réparation, entretien, etc.), qu’il proposera au regard du coût éventuel de la propriété commerciale consentie.

La rédaction des baux constitue donc une étape vitale : les clauses sont rédigées différemment selon que l’on négocie du côté du bailleur ou du locataire ; les particularités des lieux loués (immeuble entier, lots de copropriété, IGH, installations classées, boutiques, bureaux, immeuble construit ou à construire, etc.) doivent également être prises en compte pour rédiger le bail. Cette formation loi Alur sera l’occasion de revenir sur la philosophie du bail commercial, dont le statut dérogatoire au bail d’habitation témoigne d’une importante prégnance de l’intention que les parties ont voulu donner à leur relation contractuelle.

Informations complémentaires

Tarif de la formation :

Sans financement, Avec financement (reste à charge 0€*)

Objectifs

Cette formation poursuit plusieurs objectifs :

  • Connaître la règlementation du bail commercial
  • Sécuriser la rédaction des baux commerciaux
  • Anticiper les changements susceptibles d’intervenir en cours d’exécution du bail
  • Préparer la fin du bail

Cette formation répond aux obligations de la loi Alur et permet le renouvellement de la carte d’agent immobilier.

Pour qui ?

Cette formation s’adresse à :

  • Agent immobilier
  • Agent commercial indépendant
  • Dirigeant d’agence ou de réseau

Les formations sont accessibles à tous les professionnels de l’immobilier. Il est conseillé d’avoir des bases et un minimum d’expérience pour suivre cette formation.

Programme

1) Le statut des baux commerciaux (7 heures)

A) Le champ d’application du bail commercial

– Conditions d’application du statut
– Contrat de louage / Jouissance d’un bien
– Immeubles bâtis
– Local principal / Locaux dépendants / Locaux mixtes / Locaux accessoires
– Distinction local accessoire et établissement secondaire
– Exigence d’un fonds de commerce
– La sous-location / La location gérance
– Activités commerciales et immatriculations
– Dérogation au statut de droit commun
– Distinction avec le bail professionnel
– Règles élémentaires du bail professionnel

B) La destination du bail et la déspécialisation

– Destination contractuelle
– Imprécision ou silence du bail quant à sa destination
– Étendue de la destination contractuelle
– Destination multiple
– Modification conventionnelle de la destination
– Sanctions / non-respect de la destination du bail
– Changement d’activité
– Déspécialisation partielle
– Activités connexes et complémentaires
– Déspécialisation plénière
– Condition relative à l’immeuble
– Demande de déspécialisation et réponse du bailleur
– À l’égard du locataire
– À l’égard du propriétaire

2) La conclusion du bail commercial (7 heures)

A) Les conditions du bail commercial

– Les parties (bailleur/preneur)
– Bail consenti par un époux / un usufruitier / un incapable / un indivisaire / une société
– Reprise du bail par la société
– Rencontre des consentements
– Caractéristiques de l’offre et son acceptation
– Vices du consentement
– Information précontractuelle
– Les promesses de bail commercial

B) Le contenu du bail commercial depuis la loi Pinel

– Les parties (bailleur/preneur)
– La durée minimale du bail (inférieure / supérieure)
– Entrée en vigueur / Expirations
– Clause de loyer fixe / Clause d’échelle mobile / Clause de recettes
– Pas de porte vs droit au bail
– Charges locatives (règlementation applicable, répartition et paiement des charges)
– Garanties au profit du bailleur
– État des lieux contradictoire
– Sous-location

Financements

Cette formation est éligible aux financements auprès des OPCO et de Pôle Emploi.

Les formations peuvent être prises en charge totalement ou partiellement par ces organismes de financements. Pour bénéficier d’une prise en charge de votre formation contactez-nous.

  • Si vous êtes salarié : vous pouvez bénéficier jusqu’à 100% de prise en charge par l’OPCO EP, jusqu’à 1000€ pour une entreprise de moins de 11 salariés et jusqu’à 2500€ pour une entreprise de 11 à 49 salariés.
  • Si vous êtes dirigeant non salarié ou agent commercial indépendant : vous pouvez bénéficier jusqu’à 1400€ par an par l’AGEFICE et jusqu’à 900€ par an par le FIF PL.
  • Enfin, il est possible d’obtenir des financements par Pôle Emploi sous certaines conditions et selon les profils (demandeur d’emploi, salarié, indépendant).

OFI-Formation se charge de la rédaction et du suivi de vos dossiers de financements. Les frais s’appliquant pour cette prise en charge des dossiers par OFI-Formation sont les suivants : par l’OPCO EP / 50€ par dossier, par l’AGEFICE ou le FIF PL / 150€ par dossier, par le CPF / 50€ par formation. La prise en charge des dossiers par OFI-Formation fait également l’objet d’un remboursement à 100%.

Contactez-nous pour plus d’informations !

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les baux commerciaux (partie 1) – 14h – En ligne”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *